· 

La formation est obligatoire pour les salariés de l’entreprise !

Quelle que soit sa taille, son statut, votre entreprise a le devoir de permettre à ses salariés de monter en compétences.

 

Deux manières d’appréhender ce sujet :

  • Rester sous la contrainte et il adviendra ce qu’il adviendra, pour l’individu, comme pour l’entreprise.
  • Transformer cette contrainte en opportunité. Offrir au salarié du bien-être et, ou une montée en compétence, la possibilité de diversifier ses savoirs. Un bénéfice réel pour le collaborateur et l’entreprise.

Dans le cadre des entretiens annuels obligatoires1, ou en d’autres circonstances, un collaborateur peut exprimer son envie, son besoin de formation.

La formulation de cette demande permet l’ouverture d’un nouveau dialogue. Un dialogue sous forme d’outil managérial.

Quel est le besoin réel sous-jacent à cette demande ?

Une envie d’évoluer dans sa fonction, une envie de changement plus radical, un projet extra-entreprise ? C’est le moment pour le manager d’illustrer sa capacité d’écoute active. C’est l’occasion, pour lui,  d’exprimer de la reconnaissance. Le salarié prend la mesure de la considération que lui accorde son entreprise.

De cet échange, il ressort un besoin de formation clairement exprimé, qui met en phase le collaborateur et son employeur. Pour qu’une symbiose de pensée naisse, le manager s’est illustré en leader. Il a su exprimer le projet du collaborateur dans une vision globale de développement de  l’entreprise.

 

Dans cette logique d’intégration de ce nouveau projet de formation dans la vision globale d’évolution de l’entreprise, vous, manager, saurez insérer ce projet dans le plan de développement des compétences2.

Pour mémoire, ce plan répond à une autre obligation réglementaire pour l’entreprise.

Comment répondre au besoin de formation du salarié ?

Comprendre le besoin et proposer des solutions fait partie des compétences d’un organisme de formation avec lequel l’entreprise va créer un partenariat.

A ce titre, est considéré comme prestataire de formation toute personne physique ou morale qui dispense les actions de développement des compétences mentionnées à l’article L. 6313-1 du Code du travail en application de conventions ou contrats.

Le Ministère du travail tient à jour la liste publique des organismes de formation (Conformément à l'article L.6351-7-1 du Code du Travail), la liste des organismes déclarés auprès du Préfet de Région territorialement compétent et à jour de leur obligation de transmission du Bilan Pédagogique et Financier est rendue publique.

 

Limiter le champ d’investigation dans le choix de votre prestataire, passe par la rédaction d’un cahier des charges avec vos principaux critères de sélection :

  • Quelles sont les connaissances à acquérir ?
  • La formation est-elle diplômante ?
  • Formation individuelle ou en groupe ?
  • Formation intra ou externe ?
  • Quelles sont les contraintes de disponibilité ?
  • Quel est le budget de la formation ?

C’est souvent à travers un réseau relationnel proche qu’un système de cooptation permet l’avancement de cette sélection. Les membres de l’association Pool Dev vous aiderons dans cette démarche.

 

Certes, l’entreprise est face à une obligation de former ses collaborateurs. La chose est globalement entendue aujourd’hui et nombre de projets se mettent et vont se mettre en place dans un cadre réglementaire développé ci-après.
Dans ce contexte spécifique, apparaît trop souvent un oublié : le dirigeant de l’entreprise.


Pourtant, c’est lui qui porte le poids des changements, c’est lui qui trace les trajectoires. Stratège, manager, commercial, gestionnaire, nombreuses sont les compétences requises. La palette des outils permettant de transformer en actions les plans de l’entreprise est en effervescence continuelle. Ces enjeux nécessitent de pense aux besoins, formulés ou non, de formation du dirigeant.

Dans ce but précis, Thierry Lannoy, à travers CEPHILEA Formations et TL CONSULT, a développé une gamme de prestations au service spécifique du dirigeant. La meilleure manière de progresser à ce stade est de prendre contact avec Thierry Lannoy. Un entretien conseil sans engagement au service du développement.


Le cadre réglementaire de la formation des salariés de l’entreprise

Conformément aux dispositions de l’article L. 6321-1 du Code du travail,
l’employeur est dans l’obligation d’organiser la formation de ses salariés dans les cas suivants
>
Tout au long de l’exécution des contrats de travail : l’employeur a le devoir d’assurer l’adaptation des salariés à leur poste de travail. Il veille également au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l’évolution des emplois, des technologies et des organisations. En cas de suppression d’emploi : l’obligation de reclassement des salariés concernés s’accompagne de celle visant à assurer leur adaptation au nouvel emploi, notamment par une formation adéquate et suffisante. Sous certaines conditions, les entreprises peuvent, bénéficier d’une aide à la conception et à l’élaboration d’un plan de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Dans ce cadre, les coûts des conseils externes supportés par l’entreprise peuvent être pris en charge par l’État.

> À la suite de l’embauche en contrat en alternance : l’organisation de la formation s’impose à l’employeur, qui est tenu de laisser le salarié suivre les actions de formation prévues.

> Lorsqu’un accord ou la convention collective applicable à l’entreprise prévoit des périodes de formation obligatoires
(après une mutation, un congé de longue durée…).

> Si le contrat de travail d’un salarié contient l’engagement de l’employeur de le former.

Dans ces cas, l’obligation de l’employeur a pour corollaire le devoir du salarié de suivre la formation.


À SAVOIR

À l’occasion de son embauche, le salarié est informé qu’il bénéficie :

> Tous les deux ans d’un entretien professionnel avec son employeur consacré à ses perspectives d’évolution professionnelle, 
notamment en termes de qualifications et d’emploi.
Cet entretien ne porte pas sur l’évaluation du travail du salarié mais est consacré aux perspectives d’évolution professionnelle du salarié,
notamment en termes de qualifications et d’emploi. À cet effet, l’employeur informe ses salariés, en amont ou à l’occasion de cet entretien,
de la possibilité de recourir à des services de conseil en évolution professionnelle (CÉP), gratuits, dispensés par des opérateurs du CÉP qui pourront,
à des fins de préparation de l’entretien, l’aider à faire le point sur sa situation et ses compétences professionnelles
ou encore l’accompagner dans ses projets professionnels.

Il permet d’entretenir la motivation de chaque salarié, d’identifier ses besoins d’accompagnement et/ou de formation et
de l’impliquer dans la construction et la gestion de son parcours. Il prépare le salarié à être acteur de son évolution professionnelle.
Désormais, l’entretien doit aussi comporter des informations sur l’activation du compte personnel de formation
et les possibilités d’abondement que l’employeur est susceptible de financer.

> Tous les six ans (cette durée s’apprécie par référence à l’ancienneté du salarié dans l’entreprise), 
cet entretien professionnel fait un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du salarié 
selon les modalités précisées à l’article 
L. 6315-1 du Code du travail.

 

1En quoi consiste l'entretien professionnel ?

Vérifié le 30 août 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)


Autres cas ? Entretien annuel


Tous les 2 ans, l'entretien professionnel est un rendez-vous obligatoire entre le salarié et l'employeur. Il est destiné à envisager les perspectives d'évolution professionnelle du salarié et les formations qui peuvent y contribuer.


https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F32040

 

2Plan de développement des compétences

Vérifié le 01 janvier 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)


L'employeur doit assurer l'adaptation de ses salariés à leur poste de travail et veiller au maintien de leur capacité à occuper leur emploi,
au regard notamment des évolutions technologiques.
Pour cela, il doit leur proposer des formations prévues dans le cadre du plan de développement des compétences (ex-plan de formation).

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F11267